À propos du skipper

BEL

Nationalité 

0
Age

Résidence: Bruxelles, Belgique

Milles navigués: 50.000+

Groupe: TBA

Etat: Full Entry

D'où vient votre passion pour la voile?

De mes vacances en Bretagne avec ma mère et mes frères quand j’avais 8 ou 9 ans. Ensuite de nombreuses navigations que j’ai eu le bonheur d’effectuer un peu partout dans le monde, seul ou en équipage et en famille.

Quelles leçons avez-vous appris de la voile?

D’abord que nul vent n’est favorable à celui qui ne sait quel port atteindre.

Qu'est-ce qui vous a amené à aimer la voile en solitaire?

L’envie continue de me confronter à mes propres limites, mais aussi le bonheur inégalable de retrouver la «fenua enata» au bout du chemin.

Qu'est-ce qui vous a incité à vous inscrire à cet événement?

Depuis ma mini transat en 1989, avec mon Coco « Bruxelles Gagnant », j’ai toujours rêvé de réaliser une longue route comme celle de Bernard Moitessier.

La GSC est une opportunité. Elle tombe juste au bon moment pour moi. J’ai 56 ans, je suis encore en pleine forme. Mes enfants sont en train de s’autonomiser et je suis encore une fois, dans un tournant de carrière. Et puis c’est quoi la carrière?

Entre le Vendée Globe et le Golden Globe, je choisi le Globe Solo parce que cela me semble une alternative intelligente. En plus la Corogne est un magnifique port de départ et d’arrivée. Je félicite l’organisation d’avoir choisi un endroit aussi inspirant.

Comment comptez-vous vous préparer à cet événement?

En premier lieu, en naviguant le plus possible et en passant le temps qu’il faut pour préparer le bateau. Je sais aussi que même si on court seul, derrière, il y a une tribu qui me soutient. Je compte donc leur consacrer du temps, de l’attention et de l’énergie pour que quoi qu’il arrive, cette aventure soit une victoire collective. Il ne reste que 18 mois pour être sur la ligne de départ, je suis donc déjà dans la course.

Selon vous, quel sera le plus grand défi?

Certainement la navigation dans les océans australs et les cinquantièmes rugissants, mais aussi de vaincre la solitude et tenir le coup sur la longueur. Enfin, surtout de revenir quoi qu’il arrive avec un belle histoire à partager.

Parlez-nous de votre bateau ou du bateau que vous aimeriez avoir.

Je viens d’acquérir le Solaire 34 construit pas Jacques Riguidel. C’est un bateau construit de manière éco intelligente. J’’aime l’idée de donner une seconde vie aux choses que les hommes ont fabriquées. Je n’irai pas jusqu’à, recycler un poteaux télégraphique pour en faire un mât, mais je vais maximiser le réemplois et essayer de favoriser les meilleurs technologies vertes pour que notre océan reste le plus bleu possible.

Avez-vous l'intention de lier votre défi personnel à une cause sociale?

Oui j’aimerai beaucoup! Mon bateau s’appelle Solarwin et je voudrais réunir des partenaires qui agissent concrètement pour que l’avenir de notre petite planète bleue ne soit pas compromise par la folie des hommes.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose?

Étant donné le panel des Skippers déjà inscrits. Je pense que cette course est déjà passionnante 🙂

Expérience de voile

Mini Transat 1989
Expédition Mer Montagne Groenland 1991
Skipper d’Islande 2003
Martinique – Marquises en famille 2007 – 2008

À propos du bateau

Solaire 34 Jacques Riguidel

Numéro Voile: TBA

Plan: Solaire 34 (David Reard)

Année: 2014

Groupe: TBA

LOA: 34ft

Voile au près: TBA

Voile au portant: TBA

Déplacement: 4000 kgs