À propos de la Global Solo Challege 2023

Qu’est que c’est la Global Solo Challenge?

La Global Solo Challenge est un tour du monde en solitaire sans escale avec un format unique.

Prendra le départ de La Corogne en Espagne en septembre 2023.

C’est un événement ouvert à une large gamme des bateaux pour des marins qui recherchent le défi d’une circumnavigation compétitive, mais dans le contexte d’un événement bien organisé, contrôlé et abordable qui met une grande importance à la sécurité de ses participants.

Vous pouvez trouver tous les détails dans Avis d’événement.

Navigation aux limites – Global Océan Race 2011-2012


Un format unique

Le format est différent de tous les autres tours du monde et créera les conditions d’un événement équitable et passionnant pour les skippers et au même tempe engageant et facile à suivre pour le public et les sponsors:

Les bateaux seront regroupés en fonction des caractéristiques de performance et partiront avec des départs successifs sur une période de 8 semaines.

Une fois en mer, il n’y a pas des divisions en classes. Tous les bateaux feront partie du même événement. Les bateaux les plus rapides devront essayer d’atteindre les plus petits et lents, le sens de la poursuite créera une course fascinante pour ceux qui naviguent et pour le public et les sponsors.

Le premier bateau à franchir la ligne d’arrivée gagne. La différence de performance entre les bateaux est prise en compte par les départs successifs, éliminant le besoin de calculer des temps compensés à la fin de l’épreuve.


Tous les participants auront le potentiel de gagner – créant du suspense du début à la fin.

Cela peut sembler intimidant et émotionnellement difficile d’être parmi les premiers à partir pour cette aventure, d’être saluez par les autres participants qui doivent encore attendre leur tour.

De la même manière ce sera probablement un jeu de nerfs pour ceux qui doivent partir parmi les derniers, collés à la cartographie et observant la progression des bateaux déjà partis.

Les skippers qui partent au dernier départ devront garder la tête froide avant d’entamer leur poursuite. En espérant de pouvoir faire un show comme celui de Jeremy Beyou sur Charal lors du récent Vendée Globe, avec son incroyable retour en traversent une grande partie de la flotte de l’arrière.

Les bateaux rapides devront naviguer vite et bien s’ils espèrent réduire l’avantage donné au départ à les groupes plus lents.

Ce sera le cadre idéal pour raconter l’histoire du lièvre et de la tortue, avec les bateaux de croisière poursuivis par les bateaux de course . Qui franchira la ligne d’arrivée en premier?


Budget sous contrôle

Le format crée un événement équitable et fascinant pour tous les participants, les sponsors et le public.

Le seul budget ne devrait faire de personne le favori.

Patrick Phelipon sur son Endurance 35, inscrit à la Global Solo Challenge


Quels types de bateaux sont admis?

La gamme de bateaux admis est très large:

  • De 32 a 55 pieds.
  • Des bateaux classiques à longue quille aux bateaux croisière plus modernes
  • Des One-off et Opens aux bateaux de course comme les Class40.

Pour contrôler les budgets, les organisateurs espèrent que personne ne considérera l’option de construire un bateau spécifiquement pour l’événement.


Critères d’admission

Les bateaux doivent respecter des critères de stabilité et doivent être en zones étanches. Tous les détails sont dans l’Avis d’événement et dans les Réglementations.

Chaque bateau doit être conforme aux Réglementations de la Global Solo Challenge.

Tout au long de l’histoire, de nombreux bateaux de nombreux types et longueurs ont déjà montré qu’une circumnavigation est possible. Il suffit de penser à la première circumnavigation en solo sans escale de Sir Robin Knox-Johnston sur un bateau de croisière de 32 pieds en 1968 lors de la Golden Globe Race du Sunday Times. Le célèbre navigateur et écrivain Bernard Moitessier a également pris part à cet événement sur un bateau de croisière de 39 pieds.

Bernard Moitessier


Quel est le parcour?

Simplement, un tour du monde, vers l’est en passant par les trois Grands Caps. Le port de départ et d’arrivée sera la belle et historique Marina Coruña à La Corogne en Espagne. Les participants doivent laisser la « Région Antarctique » et la « Limite des Glaces » à tribord et les trois Grands Caps à bâbord avant de se diriger vers la ligne d’arrivée. La « Région Antarctique » et la « Limite des Glaces » seront définies dans les Instructions de Navigation.

Combien de temps cela prend-il?

Une circumnavigation passant par les trois Grand Caps couvre environ 26.000 milles marins. L’événement admet des bateaux très différents en termes de conception et de performance donc les bateaux les plus rapides pourraient boucler en 140 jours, les bateaux plus lents pourraient même prendre plus de 200 jours.

La « Région Antarctique » et la « Limit des Glaces » a tribord!


Quand partira-t-il?

L’événement va commencer en septembre 2023 avec le premier groupe, de bateaux plus petits et plus lents, à partir du samedi 2 septembre à 13:00 UTC.

Le dernier groupe des bateaux les plus rapides, partira 8 semaines plus tard, le 28 octobre 2023 à 1300 UTC.

Départ et arrivée

L’événement prendra le départ et arrivera à Marina Coruña à La Corogne en Espagne, le port qui accueillera la Global Solo Challenge 2023.

Située dans la belle région indépendante de Galice, La Corogne et sa marina principale constitueront le lieu idéal pour la Global Solo Challenge 2023. D’un point de vue maritime, la situation géographique de La Corogne est idéale pour le départ et l’arrivée d’un tour du monde à la voile traditionnel.

Les participants partiront des eaux protégées de la baie de Ria da Coruña et après avoir contourné la péninsule de Montealto, où se trouve l’emblématique Tour d’Hercule, ils atteindront rapidement les vents saisonniers dominants, les alizés, contournant le cap Finisterre avant de commencer leur descente de l’Atlantique.

Des paysages à couper le souffle, la ville historique de La Corogne, de belles plages, une excellente cuisine régionale et une hospitalité typique galicienne seront les ingrédients d’une expérience unique et d’un cadre fantastique pour les familles, les amis et les spectateurs de la flotte de participants à la Global Solo Challenge. À la fin de la circumnavigation, lors de l’ascension de l’Atlantique, les systèmes météorologiques du secteur nord-atlantique amènent généralement une succession de dépressions au nord de l’anticyclone des Açores, créant souvent des conditions telles que font de la Galice en général et de La Corogne en particulier un point d’arrivée naturel.

La Corogne, Espagne


Sécurité

Lors d’un tour du monde à la voile, en cas d’urgence, la première chance de recevoir de l’aide vient souvent d’un autre participant au même événement. Pour cette raison, les départs échelonnés ajoutent un élément de sécurité à l’événement en amenant la flotte à se comprimer plutôt qu’à se disperser, précisément dans les zones les plus reculées comme le point Nemo dans le Pacifique ou le passage difficile du cap Horn.

Chaque bateau qui va participer à l’événement doit se conformer au règlement de la Global Solo Challenge, qui est basé sur les meilleures pratiques définies par les Réglementations Spéciales Offshore de la World Sailing pour les événements de catégorie zéro. Ce sont des événements transocéaniques qui arrive a naviguer dans des zones où la température de l’eau ou de l’air peut descendre en dessous de 5 °C et où les bateaux doivent être totalement autonomes pendant de longues périodes, capables de gérer des tempêtes violentes et prêts à gérer des urgences même graves sans attente de aide extérieure.

Les bateaux qui vont participer, donc, doivent prévoir la nécessité de faire des modifications pour se conformer aux réglementations.

Marco Nannini – Cap Horn – Février 2012


Une aventure personnelle fantastique dont les risques doivent être atténués

Pour chaque participant, la Global Solo Challenge sera une incroyable aventure personnelle. Mais cela ne doit pas être pris à la légère.

Chaque participant potentiel doit s’interroger attentivement et se demander si cet événement est pour lui / elle.

Les skippers participent à l’épreuve à leurs risques et périls et sous leur seule responsabilité. La Global Solo Challenge et son règlement ne fournissent qu’un contexte à partir duquel un skipper peut commencer à définir sa propre stratégie pour atténuer les risques qu’il rencontrera inévitablement lors d’un tour du monde. Les skippers seront appelés à faire des évaluations réfléchies dans des situations difficiles et à prendre des décisions dans des situations difficiles.

Espérer le meilleur n’est pas une stratégie, seulement planifier soigneusement pour se préparer aux pires éventualités peut conduire au succès. Les skippers devront rester lucides, réalistes, pragmatiques tant dans la décision de partir que de continuer. Cet événement n’est pas pour tous.

L’Organisation a l’intention de fournir des modules de formation et des séminaires ainsi que des ressources en ligne pour aider les participants à se préparer à ce type de navigation.


A qui s’adresse cet événement?

L’événement est ouvert à toute personne possédant la bonne combinaison de compétences et de détermination pour réussir a terminer un tour du monde en solo sans assistance. Comme le disait Val Howells, l’un des cinq pionniers qui ont participé a la première OSTAR en 1960: «Nous le faisons pour étendre nos limites».

Les fondateurs de la Transat Anglaise, la OSTAR – Sir Francis Chichester au centre.


L’esprit de cet événement

Il est peu probable que la compétition pure soit le seul facteur de motivation pour décider de participer à cet événement.

Le Global Solo Challenge crée un pont entre des événements aux budgets inatteignables pour les professionnels et le rêve très humain, mais aussi très courant, de réaliser une circumnavigation en solo.

L’intention créer un événement pour les gens de la mer, où les amitiés naîtront sur terre comme dans l’océan, où le partage de la préparation et de la navigation conduira au rapprochement entre les marins.

Beaucoup de ceux qui nous envoient des demandes d’informations rêvent depuis longtemps de faire un tour du monde en solo. Maintenant, ils peuvent le faire, en solitaire, mais pas seuls.

En participant à cet événement unique, ils peuvent partager leur défi personnel avec d’autres personnes avec la même mentalité.

Un jour, un marin célèbre, en réponse à la question de savoir pourquoi il naviguait en solitaire, a répondu: « Je le fais pour la compagnie« .


Qui sont les organisateurs et quelle est leur expérience

Directeur de l’événement

Marco Nannini est un marin, écrivain et consultant en marketing et communication avec une formation financière.

Je connais l’engagement qu’il faut pour entreprendre un projet de voile autour du monde. J’ai ressenti le sentiment d’accomplissement qu’il apporte et le sacrifice qu’il faut. Je n’ai jamais sous-estimé les risques encourus, j’ai appris l’importance de les atténuer et de les gérer. Je souhaite offrir un événement sûr et économique pour réaliser un rêve que de nombreux marins ont. “

 


Gregory Debord – Sailing

Charpentier de Marine, Constructeur, dessinateur, concepteur de bateaux à voiles et a moteur depuis plus de 20 ans sur le bassin d’Arcachon, France.

 

 


Peter Kropotkin – ICT

CTO de Prime Consulting Peter a une vaste exp-érience dans la création de sites Web, la gestion des médias sociaux, la publicité en ligne, SEM, SEO.

 

 


Margherita Pelaschier – Media

Rédactrice, consultante en référencement et marin. Elle a travaillé sur des événements tels que la LV Cup et l’America’s Cup.

 

 


L’événement, son nom, son logo, son site Web, ses pages de réseaux sociaux et leur contenu sont la propriété exclusive de Marco Nannini LTD. Tous les droits, titres, propriété intellectuelle, droits d’auteur, titres et / ou droits contractuels ou autres relatifs à l’événement, son nom, son site, ses pages de réseaux sociaux et leur contenu, sont la propriété exclusive et sont gardés par Marco Nannini LTD.


Demander plus d’informations sur la Global Solo Challenge