À propos du skipper

FRA

Nationalité 

0
Age

Résidence: Lyon, France

Milles navigué: 40.000+

Groupe: TBA

Status: Full Entry

D'où vient votre passion pour la voile?

D’origine de Moselle, j’étais loin de la mer et j’ai eu d’occasion de faire un stage de voile légère à 17 ans. J’ai recommencé les années suivante et en 1972 j’ai commencé des stages de croisières, puis tous les weekends longs et la passion s’est emballée.

Des croisières de plus en plus longues et des courses locales, puis des traversés de l’atlantiques et enfin des courses en solitaires.

Quelles leçons avez-vous appris de la voile?

Il faut être humble avec la nature car elle sera toujours plus forte que vous.

C’est la meilleure façon d’aller loin. C’est pour cette raison que j’ai appelé mes bateaux : « Le Souffle de la Mer » en mélangeant le vent nature et l’eau nature.

Qu'est-ce qui vous a amené à aimer la voile en solitaire?

Lors d’une traversé de l’Atlantique en équipage, je me suis dit que je pourrai passer à l’étape suivante : la navigation en solitaire. Ainsi, j’ai participé à La Solitaire du Figaro pour profiter de la sécurité de la course et d’avoir des conseils d’autres skippers. Suite à cette très belle expérience, j’ai persévéré les années suivantes en m’améliorant à chaque édition et en faisant une traversée de l’Atlantique en solitaire.

Qu'est-ce qui vous a incité à vous inscrire à cet événement?

Quand j’ai vu que c’était une course à prix relativement faisable et que le bateau que j’ai depuis 10 ans fait partie des bateaux retenus, je me suis intéressé à l’évènement. Me lancer dans un nouveau chalenge après avoir fait 8 Solitaire du Figaro et une traversé de l’Atlantique en solitaire me motive énormément pour passer à l’étape suivante: un tour du monde en solitaire en étant bien conscient que c’est une très belle aventure.

Comment comptez-vous vous préparer à cet événement?

J’ai fait des petits aménagements sur le bateau pour naviguer en solitaire suite à plusieurs traversées en Corse avec des équipages débutants pour pouvoir gérer seul la sécurité.

En 10 ans j’ai beaucoup navigué (Corse, Malte, Baléare, …) pour bien connaitre mon bateau. L’année dernière, j’ai fait quelques navigations en solitaire. Cette année a pour objectif de compléter l’aménagement en vu d’une traversée de l’Atlantique en équipage. Puis le retour en solitaire. A mon retour, je finirai l’aménagement pour préparer le GSC et naviguerai pour bien m’habituer à tout le nouveau matériel que j’aurai mis.

Selon vous, quel sera le plus grand défi?

Le plus grand défi sera de terminer la course en privilégiant la sécurité.

Parlez-nous de votre bateau ou du bateau que vous aimeriez avoir.

J’ai actuellement un X37 que j’améliore depuis 10 pour être le plus automne possible et pouvoir naviguer en solitaire. J’ai prévu de refaire le grément dormant par des professionnels et un check up par eux avant le départ. C’est un bateau très robuste et je lui fais entièrement confiance pour ce défi.

Avez-vous l'intention de lier ce défi personnel à un message social?

Oui certainement. Je fais déjà de la voile avec des mal-voyants.

Expérience de voile

Participation à 8 solitaires du Figaro dont 7 terminées.

Une traversée en solitaire lors de la Transquadra Solo

À propos du bateau

Louis Robein

Voile au prés: 86,6 m2

Numéro Voile: FRA 27697

Plan: X-Yachts X37 (Niels Jeppesen)

Année: 2004

Groupe: TBA

LOA: 37

Déplacement: 6400 kgs

Voile au portant: 150,5 m2